lundi, juillet 10, 2006

Classes

Lieu : Athènes
Thème : L'animal
Genre : Maïeutique
Personnage : Un maître, son disciple
Epoque : 4e siècle av. J.C.
Musique : Pléiades, Iannis Xenakis

~~~~~~~~~~

Ca parle ? Non. On entend rien ? Rien. Mais ça dit quelque chose ? Non. Ca se tait ? Non, ça écoute.

C'est un animal ? Oui. Quoi comme animal ? Un animal comme les autres et qui écoute.

Un être vivant qui écoute ? Non. Un animal qui n'est pas vivant et qui écoute ? Un animal figé dans sa posture d'écoute, la vie l'a quitté par la bouche et a investi son oreille.

Un animal qui a perdu sa langue ? Un animal qui a retourné la langue. Un animal bavard qui écoute ? Un animal à double rangées de dents et qui écoute.

Il écoute quoi ? Celui qui le regarde. Et qui parle ? Parfois. Qu'est-ce qu'il écoute quand celui qui le regarde ne parle pas ? La langue qui se retourne. Comme les silences que jouent les symphonies ? Comme les notes qu'elles ne jouent pas.

Un animal qui regarde ? Non. Qui ferme les yeux ? Non, un animal aux yeux secs dont le regard se perd, lassé du plein de sa paupière. Un animal dont le regard se perd sur quoi ? Sur ce qui n'est pas là. Sur un corps absent ? Non, l'absence est là.

vendredi, juillet 07, 2006

Les heures

Lieu : Une plage
Thème : La pulsation
Genre : Haïku
Personnage :
Epoque : 17e siècle
Musique : Cover me, Björk

~~~~~~~~~~


Comme fait le vent sur les grèves
Et comme les vagues
Par paresse

mercredi, juillet 05, 2006

Aujourd'hui

Lieu : La Terre
Thème : Le temps
Genre : Bulletin d'informations
Personnage :
Epoque : 21e siècle
Musique : Ce matin là, Air
~~~~~~~~~~



- Dernier jour pour le paiement de l'impôt sur le sommeil.

- Adoption du système dodécamétrique.

- Abolition de l'esclavage.

- Débat de la loi bio-éthique sur le 4ème sexe.

- Une photo-lune géostationnaire pour les habitants de l'hémisphère nuit.

- Incendie criminel dans une usine de pluie.

- Deux morts naturelles cette année.

- Le système dodécamétrique à l'origine de la chute de la nouvelle photo-lune.

- Un traducteur réciproque automatique pour les langues non-terriennes.

- Succès de la pluie de météorites pour la célébration de la fin de la démocratie.

- Retour difficile du 16ème siècle pour trois anthropologues.

- Vol d'une pomme au musée des fruits.

dimanche, juillet 02, 2006

Venise

Lieu : Venise
Thème : La ville
Genre : Poème libre
Personnage :
Epoque : 18e siècle
Musique : Shiviti Hashem L'Negdi
, Steve Reich
~~~~~~~~~~


En théorie comme autant d’osselets
Des masques camards vont sonner complies
Du dédale au transept enfin et au-delà
Et tout au long des bras des basiliques vidées
Canaux sans incarnat voici les cendres
Des membrures qu’à long traits les lancettes
Ont consacrées par les voûtes palatines
Rampant jaillissent en rameaux
Des poitrails ardents sur le chevalet
Dans les corps édifiés par le plomb
Les pantins se dissolvent
Avant que la baie ne les noie

samedi, juin 24, 2006

Vérone

Lieu : Vérone
Thème : La ville
Genre : Poème rimé
Personnage :
Epoque : 15e siècle
Musique :
Sylvia, thou brighter eye of night, HenryPurcell
~~~~~~~~~~


Le décor ample mosaïque
Formerait l’octave nuptial
D’une pâque rouge et antique
Que consomment en floréal
Des troupiers sous les cordes raides
Battant sur des timbres en râle
Des manières figurées cèdent
A des appétits de scandales

Dans les cours trame des tentures
Et viole cambrée sous les frettes
Le canon entonné en strette
Puis tu exhale ses moutures
Dans les vins les prodiges meurent
Les passions adolescentes
L’ennui précieux des atalantes
Les motifs les saluts les fleurs

Puis les cadres rejoindraient les cintres


jeudi, juin 22, 2006

Apocalypse


Lieu : Rome, Jérusalem
Thème : La chute
Genre : Historique
Personnages : Un patricien, un pharisien
Epoque : 1er siècle
Musique : Deux rêveries nocturnes, Erik Satie

~~~~~~~~~~


  • Assieds toi. Maximus. D’où vient la grandeur de ta famille ?

  • Du renom de mes ancêtres.

  • Qu’est-ce qui la maintient ?


*


Aux ides de mars de l’an 34, un jeune patricien du nom de maximus sort de la villa familiale pour se jeter dans les rues de Rome. Il se trompe délibérément de rue, obstinément il tourne à gauche puis se perd à droite, s’écartant le plus vite possible de sa destination. Il approche du fleuve d’Héraclite, celui dans lequel on ne se noie qu’une fois parce qu’il ne coule jamais deux fois dans le même sens. Planté là les dents serrées il pense à son ami Claudius, s’il le voyait !

Une fois encore Maximus se résigne et recule, revient sur ces pas. Certes il rejoindra les cavaliers, mais il refusera de se battre. Maximus aime les honneurs, pas les combats.


*


Ce même jour, un pharisien du nom de Saul, sur la route de Jérusalem à Antioche paria avec lui-même, sinon avec Dieu : je porterai une parole au monde, mon peuple n’existe plus. Je suis né romain, je parle grec et serai bientôt reconnu en Asie. Le monde est vaste, plus rien ne vit en deçà des frontières, on m’entendra jusqu’à Rome.


mercredi, juin 21, 2006

Train de nuit

Lieu : Un train
Thème : Le retour
Genre : Carnet de voyage
Personnage : Un soldat
Epoque : 20e siècle
Musique : Night train, Philip Glass
~~~~~~~~~~

Il est assis. On peut le voir. Dans le compartiment on peut le voir assis, il a un chapeau et des lunettes. Il écrit, dessine une lettre, la même, toujours. Il remplit des feuilles, les noircit. Le train avance si bien que les lettres, la lettre, ne décrit pas le tracé souhaité.


Il dessine des lettres tout au long d'une ligne et recommence sur une autre jusqu'au bas de la page et enfin retourne la feuille. Il dessine des lettres tout au long des pages. Toujours la même. Assis il se demande à quel point ça peut ne pas avoir de sens.


Petit il dessinait ce qu'il ne pouvait pas écrire. Aujourd'hui comme le train avance. Et il se demande si petit déjà ce qu'il ne pouvait pas écrire. Et à quel point ? Assis dessinant il se demande et tout à coup la fin d'une page. Comme le train avance une autre. Les lettres ne décrivent pas le tracé souhaité. Assis il se demande à quel point c'est toujours la même.


Il a prit une feuille et dessiné la premiére. Assis maintenant il se demande. Et à quel point ? Il prend une autre feuille et comme le train avance autres tracés. Assis une autre feuille et se demande à quel point non souhaité et quelle différence.


Il fait nuit. La fin d'une page. Tout à coup. Une autre et tout en traçant se demander. Et à quel point ? On peut le voir. Et quel différence ? Il est assis et se demandant dessine des lettres. La même toujours. Et comme le train avance. A quel point.